Atelier de bleu de pastel expérimental...

Annette (en bleu) explique le Pastel...
Annette (en bleu) explique le Pastel...

Ce fut un grand soir... Françoise Maestripieri, artiste peintre et aussi professeur de dessin et de peinture était venue avec ses élèves pour expérimenter le bleu de pastel...

Bleu sous toutes ses formes et dans tous ses états : pigment, tissu, huile, aquarelle, craie, encre, etc.

Une occasion unique de laisser libre cours à son talent et de faire des découvertes artistiques.

Ce fut une belle résussite. Tous ont essayé les différents bleux sur différents supports (papier, toile, bois, tuile, tissu etc.) et les résultats ont été très intéressants.

En images le détail de la soirée et les oeuvres réalisées !

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Françoise Maestripieri (mardi, 02 novembre 2010 15:42)

    L'atelier de dessin Le 96 à la découverte du pastel...
    Ce n'était pas un cours, ce n'était pas un apprentissage, c'était une rencontre.

    Douze élèves de l'atelier m'ont suivie jusqu'au 89 de la rue du Caillou Gris pour prendre contact avec le pastel.
    Nos yeux se sont posés sur la grande table : rien que des bleus, des objets bleus, une symphonie de bleus. Quand on dit "bleu pastel" on voit un bleu clair et doux. Premier étonnement : du blanc bleuté au marine foncé la gamme est si étendue qu'un peintre peut y créer un nuancier infini. Bleus du ciel, bleus de l'eau, bleus des yeux...

    Annette nous a raconté combien ce bleu est lié à l'histoire et à l'art. Nous sommes en Pays de Cocagne, et nous en avons perdu la mémoire. Réveillons-nous : le pastel revient, porté par une vague (encore du bleu ...) claire et saine de retour au produit naturel.

    A notre disposition, du pastel sous toutes ses formes : encre, craies, pastel gras, pastel sec, peinture... et des outils : pinceaux, brosses, plumes, bâtonnets, sopalin,... les doigts ; ça fonctionne très bien en peinture.
    Trop d'un coup. Le démarrage a été lent. On avait apporté nos papiers, cartons, toiles, tissus, bois, et même une tuile - qui n'a pas accroché ; c'est évident avec un nom pareil -
    Peu à peu : "Voyons, passe-moi l'encre" "Je vais essayer la craie sur toile" un peu timides. Regards sur le copain d'à-côté.
    Et d'un coup tout s'est débloqué. L'atelier est devenu une ruche bleue, essais, échanges, taches, rires, déceptions, joies d'enfants.
    Parfois le silence, pleine concentration. Puis à nouveau les échanges "Montre ce que tu as fait... oUAH ! C'est bien !!!"

    Deux heures ont disparu si vite...
    J'avais dit : " Le but n'est pas de créer quelque chose, mais de sentir le pastel au bout des doigts, voir comment il accroche sur les divers supports, voir comment il se laisse manipuler, comment il résiste..."

    Mais il est bien difficile de rester dans l'expérimentation, et des dessins, des peintures ont éclos sur les supports.
    Avant de repartir, nous les avons disposés les uns près des autres, et notre dernier étonnement a été d'observer la créativité, l'originalité des oeuvres réalisées. Même les taches et gribouillis recélaient des zones de graphismes remarquables. Un jet de pastel sur fond brique est devenu une oeuvre d'art.
    C'était plus qu'une rencontre. Ce fut un superbe moment de création libre.